REFORME DES RETRAITES : des points de blocage pour la CFTC !

REFORME DES RETRAITES …

Des points de blocage
pour la CFTC !

La CFTC rappelle son adhésion au principe d’un régime universel par points dès lors que sa construction conduit à un système effectivement plus lisible, plus juste et plus solidaire.
Certaines des mesures annoncées vont dans ce sens et sont par conséquent favorablement accueillies par la CFTC.

Parmi elles :

  • Le coup de pouce aux familles, des mesures plus adaptées aux structures familiales d’aujourd’hui
  • Retraite minimum à 1000 € (85% du SMIC) qui bénéficiera notamment aux femmes majoritairement concernées par des petites retraites. Pour une augmentation vraiment significative du montant minimum des pensions, la CFTC revendique un minimum contributif à 100% du SMIC
  • Une valeur de point garantie et indexée sur les salaires plus favorable que l’indexation actuelle sur les prix
  • Une concertation annoncée pour une revalorisation salariale des enseignants pour garantir leur niveau de pension
  • Des dérogations à l’âge de départ maintenues pour les fonctions régaliennes (policiers, agents de l’administration pénitentiaire, sapeurs-pompiers, douaniers, policiers municipaux…)
  • L’extension du compte professionnel de prévention (C2P) aux fonctionnaires et agents des régimes spéciaux
  • La prise en compte pour les aides-soignants(es) et infirmiers(ères) du travail de nuit en assouplissant les règles pour la reconnaissance de leur pénibilité.

Si la CFTC accueille favorablement l’extension du C2P, elle émet cependant des réserves.

À système de retraite universel,
prise en compte universelle de la pénibilité !

La CFTC prend au mot le Président de la République qui, dans son allocution du 31 décembre dernier dit souhaiter la prise en compte « des tâches difficiles pour ceux qui les exercent pour leur permettre de partir plus tôt ».
Elle demande donc que la réalité de toutes les situations de travail pénibles soit prise en compte et revendique un dispositif complet de reconnaissance de la pénibilité.

Cela suppose :

  • De mettre fin aux inégalités de traitement qui touchent notamment les agents territoriaux pour qui les modalités de reconnaissance des maladies professionnelles diffèrent.
  • La prise en compte de TOUTES les pénibilités. La CFTC demande la réintégration des quatre facteurs exclus lorsque le C3P est devenu C2P (Manutention de charges lourdes, postures pénibles, agents chimiques dangereux et vibrations mécaniques). Pour rappel, 85% des maladies professionnelles ont pour origine l’un de ces facteurs exclus.
  • La révision de certains facteurs et/ou seuils tels que le travail de nuit (Une étude de l’ANSES commanditée par la CFTC établit la corrélation entre travail de nuit et certains cancers)
  • La mise en œuvre d’une politique de prévention digne de ce nom. Parce qu’elle réduirait les réparations et prolongerait l’âge effectif de départ en retraite, cette politique aurait l’avantage de contribuer à l’équilibre budgétaire.

Mieux organiser les fins de carrières !

La CFTC demande un assouplissement des règles encadrant le dispositif de retraites progressives. Si ces dernières concernent encore trop peu de gens, c’est parce qu’elles sont un luxe que trop peu de travailleurs peuvent s’offrir aujourd’hui. Afin de démocratiser ce dispositif, la CFTC demande :

  • La suppression de toute décote sur la fraction de la pension liquidée avant l’âge du taux plein.
  • L’accès au dispositif pour les salariés au forfait jours

Pour la CFTC, l’entreprise doit pleinement jouer son rôle et assumer sa responsabilité sociale en facilitant des transitions plus douces entre emplois et retraites.
Pour ce faire, la CFTC demande :

  • L’amélioration du dispositif Compte Epargne Temps (CET) qui permet au salarié volontaire d’accumuler des droits pour cesser progressivement son activité.
  • La promotion de l’emploi à temps partagé en faveur d’activités de bénévolat ou relatives à l’économie sociale et solidaire. Le principe, est simple : partager son temps entre son emploi et une association tout en restant rémunéré à 100% par son entreprise.

Enfin, le système universel doit prendre sa part des efforts visant à faciliter ces transitions.
C’est pourquoi la CFTC demande la prise en compte par la solidarité nationale des périodes de réduction d’activité liées à la prise en charge d’un proche dépendant.

Le principal point de blocage de la CFTC :
les annonces relatives à l’âge d’équilibre ou âge « pivot »

La nécessité de prendre en compte les évolutions positives de l’espérance de vie.
La CFTC est consciente du problème posé par l’évolution du rapport entre le nombre d’actifs-cotisants et le nombre de retraités (1,7 actif pour 1 retraité aujourd’hui, et 1,2 actif pour 1 retraité en 2050).

Parmi les injustices du système actuel : Plus de 100 000 personnes dont 80 000 femmes prennent chaque année leur retraite entre 65 et 67 ans pour annuler leur décote. Pour elles, comme pour l’ensemble des carrières hachées, la question d’un âge à taux plein à 64 ans mérite d’être discutée.

Si l’âge pivot peut être conçu comme un outil de pilotage du système, il ne doit pas pénaliser les personnes bénéficiant d’une carrière complète.
Les cotisants ayant travaillé 42 ans en 2025 et 43 ans en 2035 devront pouvoir liquider leur retraite à 62 ans sans pénalité.
Plus que tout, la CFTC demande que cet outil soit réellement à la main des partenaires sociaux dans le cadre de la future gouvernance du système.

Compte tenu des annonces faites, la CFTC estime que cette condition n’est pas remplie.

En effet, fixer dès aujourd’hui un âge-cible (64 ans) et le calendrier pour l’atteindre (en 2027), augure mal du rôle futur attribué aux partenaires sociaux. Le souvenir encore proche et douloureux de la feuille de route fixée par le gouvernement pour la réforme de l’assurance chômage fait craindre le pire à la CFTC.

La CFTC peut comprendre que le Parlement fixe l’objectif budgétaire à atteindre sur une période.
Cependant, les voies et moyens pour y parvenir doivent être laissés aux partenaires sociaux. Ces derniers doivent pouvoir définir au sein de la future caisse paritaire nationale :

  • La définition de l’âge-cible
  • La trajectoire pour l’atteindre
  • La fixation de bonus/malus, leurs modalités d’application et d’éventuelles dérogations (carrières longues, pénibilités…)

Une proposition CFTC :
Appliquer à l’âge pivot la recette qui a fait ses preuves au sein du régime de retraite complémentaire (AGIRC-ARRCO) à savoir un système d’abattement provisoire dont les partenaires sociaux définiraient les taux.

La CFTC rejette toute approche de l’âge pivot qui entrainerait un système de décote pérenne.
Elle demande donc le retrait de ce dispositif tel qu’annoncé par le Premier ministre.

La CFTC réaffirme qu’il existe d’autres moyens que l’âge pivot pour retrouver l’équilibre budgétaire et assurer des transitions plus douces vers le futur régime. Elle revendique

  • L’utilisation d’une partie du fond de réserve des retraites (FRR) ;
  • Une révision de certains avantages fiscaux adossés à certains dispositifs facultatifs d’épargne retraites (des dispositifs bénéficiant généralement aux plus hauts revenus – ex : contrats Madelin ; dispositifs exonérés pour cadres dirigeants…) ;
  • La compensation effective par l’État des allègements de cotisations ;
  • Une évaluation des politiques d’allègement de cotisations au regard de leurs résultats réels en matière de création d’emplois

CFTC : Joyeuses Fêtes et … à l’Année prochaine !

En 2020 comme en 2019 la CFTC sera à vos cotes!

Toute une équipe a votre service!

Toute l’équipe du SYNDICAT CFTC  DU PERSONNEL DE CREDIT MUTUEL est a votre service tout au long de l’année

  • pour vous renseigner
  • pour vous assister dans les difficultés que cous rencontrez dans votre vie professionnelle.
  • pour vous aider lors de procédures de sanction

Un engagement permanent

les femmes et les hommes qui composent cette equipe se sont engagés comme:

  • Elus de Comité Social  et Economique (CSE)
  • Membres de Comission Santé, Sécurité et Condition de Travail (CSSCT)
  • Représentants de proximité
  • Représentants ou Délégués Syndicaux (RS,RSS,DS)

Toutes et tous ne comptent ni l’énergie ni le temps nécessaire pour mener à bien leurs missions au service de leurs collègues du Groupe Crédit Mutuel!

Des activités syndicales intenses

Ces intenses activités syndicales sont menées de front avec leurs activités   professionnelles, elles aussi loin loin d’être de tout repos…

Pour permettre à l’équipe CFTC de refaire le plein d’énergie afin d’affronter encore plus efficacement les défis qui l’attendent en 2020,

la Permanence Syndicale fonctionnera avec un dispositif allégé du 23 décembre 2019 au 2 janvier 2020.

La CFTC joignable pendant les fêtes!

En cas d’urgence pendant cette période, vous pourrez joindre un interlocuteur du SYNDICAT CFTC  DU PERSONNEL DE CREDIT MUTUEL en contactant par Email via contact@cftc-creditmutuel.fr ou en appelant le 03.88.14.66.92

Nous vous souhaitons de passer d’agréables fêtes de fin d’année

 

RETRAITES / ÂGE PIVOT : LA CFTC S’OPPOSE À UNE DÉCOTE PÉRENNE

Á l’issue des rencontres à Matignon entre le Premier ministre et les partenaires sociaux, la CFTC espérait des avancées significatives notamment sur l’âge pivot qui demeure son principal point de blocage.

Sur ce point, la CFTC reste sur sa faim. Soucieuse de la pérennité du futur système, elle a rappelé qu’elle n’y était pas opposée par principe. 80 000 femmes prennent chaque année leur retraite au-delà de 65 ans pour annuler leur décote. Pour elles, comme pour l’ensemble des carrières hachées, la question d’un âge pivot ramenant l’annulation de la décote à 64 ans mérite d’être discutée.

Mais toute approche de l’âge pivot qui entrainerait un système de décote pérenne ne serait pas acceptable pour la Cftc.

La CFTC réitère sa proposition d’appliquer la recette qui a fait ses preuves au sein du régime de retraite complémentaire (AGIRC-ARRCO) à savoir un système d’abattement provisoire dont les partenaires sociaux définiraient les taux avec une possibilité de réversibilité (retour à meilleure fortune) quand la conjoncture économique le permet.

Le pilotage de cet âge pivot ou âge d’équilibre doit donc être laissé à la main des partenaires sociaux dans le cadre du futur établissement public des retraites. Plus généralement, la CFTC s’opposera à tout système de gouvernance qui réduirait le rôle des partenaires sociaux à une simple chambre d’enregistrement des directives gouvernementales.

Convaincue que la sortie de crise passe maintenant par la définition d’un cocktail de mesures, la CFTC réaffirme qu’il existe d’autres moyens que l’âge pivot pour retrouver l’équilibre budgétaire et assurer des transitions plus douces vers le futur régime.

Elle revendique ainsi l’utilisation d’une partie du fond de réserve des retraites (FRR) et demande la révision de certains avantages fiscaux adossés à certains dispositifs facultatifs d’épargne retraites (des dispositifs bénéficiant généralement aux plus hauts revenus ex : contrats Madelin ; dispositifs exonérés pour cadres dirigeants…)

Sur la base de ces positions et propositions, la CFTC prendra toute sa part aux discussions annoncées pour janvier. Après ces discussions et selon leurs résultats, elle reconsidérera le choix d’appeler ou non à de nouvelles mobilisations.

CFTC : DEBRAYAGE LE 19/12 de 9h30 à 11h30 …

DEBRAYAGE LE 19/12/2019 de 9h30 à 11h30

LES ORGANISATIONS SYNDICALES APPELLENT AU DEBRAYAGE …

Pour rappel, un DEBRAYAGE AU TRAVAIL est assimilé à une grève de très courte durée.
Pour qu’il y ait grève/débrayage, 3 éléments doivent être réunis :

  • une cessation franche et totale du travail
  • la cessation du travail doit être collective et concertée
  • la cessation du travail doit être justifiée par des revendications professionnelles

Le DEBRAYAGE prévu et annoncé par les Organisations Syndicales suite aux NAO rempli en tous points les prérequis prévus par les textes. Par conséquent, en y participant vous êtes couvert par le DROIT DE GREVE.

EN PRATIQUE, COMMENT FAIRE LE 19 DECEMBRE …

Jeudi matin, à 9h30, au moment du DEBRAYAGE, envoyez un Email à votre hiérarchique dans lequel vous l’informez que vous participez au mouvement, en précisant l’horaire de début et de fin de votre cessation d’activité. Le message pourrait revêtir la forme suivante :
Bonjour,

Je vous informe par le présent Email de ma participation au mouvement de débrayage de ce jour, annoncé par les Organisations Syndicales de Crédit Mutuel Alliance Fédérale suite aux NAO.

Je cesserai le travail de 9h30 à 11h30 ce jeudi 19 décembre, faisant ainsi usage de mon droit de grève.

Bien cordialement,

Exerçant votre DROIT DE GREVE, vous êtes autorisé à quitter votre poste de travail ou à vous rassembler pendant la durée du DEBRAYAGE. Soyez de retour à votre poste de travail pour 11h30 et reprenez normalement votre activité.

Les salariés du WACKEN sont invités à se rendre devant le bâtiment A du site.

SOYONS NOMBREUX A MONTRER NOTRE DETERMINATION !!!

SIGNEZ DES A PRESENT LA PETITION EN LIGNE …

POUR SIGNER LA PETITION –> CLIQUEZ ICI

CFTC : PETITION INTERSYNDICALE et DEBRAYAGE le 19/12

NAO 2019

signez la Pétition Intersyndicale et Débrayage de 2H jeudi 19/12 !

NICOLAS THERY TENTE DE JUSTIFIER SA « DULE » …

(DULE = Décision Unilatérale de L’Employeur)

Fait rare dans l’histoire des NAO, tous les salariés ont été destinataires encore le soir même d’un Email émanant de Nicolas THERY.
Dans son message le Président tente de justifier le résultat décevant des NAO 2019. Fort habilement, il mélange les chiffres de l’augmentation générale pérenne à ceux de la prime ponctuelle … et présente l’augmentation de l’enveloppe destinée aux mesures salariales individuelles comme une avancée majeure …

#COMMENT NOYER LE POISSON

LE LEURRE DES AUGMENTATIONS INDIVIDUELLES …

Ne vous laissez pas éblouir par une promesse d’augmentations individuelles plus régulières … Malgré une enveloppe théorique à la hausse vous vous heurterez toujours à certains hiérarchiques pratiquant l’ostracisme et la promotion « à la tête du client » !
Si elles sont effectivement destinées à récompenser une évolution des compétences ou une maîtrise améliorée de la fonction exercée, les augmentations individuelles ne peuvent que venir en complément de mesure d’augmentations générales destinées elles à contribuer au maintien du pouvoir d’achat de tous les salariés !

SIGNEZ LA PETITION INTERSYNDICALE …

Pour donner du poids à vos revendications légitimes et aux Organisations qui les relayent auprès de la Direction, signez la pétition en ligne !

#NOUS PRENONS LA PAROLE

POUR SIGNER LA PETITION –> CLIQUEZ ICI

UN DEBRAYAGE DE 2H LE 19/12/2019 …

Un débrayage de 2H le jeudi 19 décembre de tous les salariés sera également un signal fort en direction de nos Dirigeants !

#NOUS PASSONS A L’ACTION

Participez massivement à cette action pour manifester votre mécontentement.

Des questions ?
Les équipes CFTC sont à votre écoute,
n’hésitez pas à les contacter !

CFTC : Sortie Anticipée à 16H00 les 24 et 31/12 …

Aménagement des horaires de travail les 24 et 31/12

Être informé
c’est mieux connaître ses droits !

UNE PUBLICATION PIXIS PARFOIS OUBLIEE …

Dans la quasi-totalité des entités de Crédit Mutuel Alliance Fédérale, comme tous les ans, des directives émanant de la Direction du Groupe prévoient des modalités d’horaires de sortie anticipée pour les 24 et 31 décembre.
Paru le 12/12, jour des NAO, le document Pixis relatif à ces mesures risque de passer inaperçu ou d’être ignoré par certains Hiérarchiques …
La CFTC se permet de vous en rappeler son contenu ci-après, tout en insistant sur le fait que ces directives ne s’opposent pas à des mesures, plus favorables aux salariés, qui seraient localement appliquées !

UN HORAIRE A RETENIR : 16h00 …

LES CAS PARTICULIERS …

La CFTC a bien conscience que dans certains secteurs d’activité, dans certains services, pour des raisons impérieuses de continuité de l’activité, l’organisation de « permanences » devra être envisagée.
Interrogée sur le traitement réservé à ces exceptions lors de la réunion du CSE RESEAU du mois dernier, la Direction a précisé :

  • que la sortie anticipée est la règle
  • que si pour des raisons de service ou organisationnelles certains personnels devaient être amenés à travailler au-delà de 16h00, une récupération du temps de travail fait en sus est à organiser par leur Hiérarchie.

Si vous deviez être concernés/ées par ces « permanences », pensez à demander dès à présent à votre Hiérarchie à quel moment aura lieu la récupération des heures de travail qui seront effectuées au-delà de 16h00.
En cas de difficultés à faire entendre votre droit, n’hésitez pas à vous rapprocher des équipes CFTC afin que vous soyez assistés/ées dans vos démarches.

la CFTC vous informe NAO 2019 suite et fin …

NAO 2019

PAS D’ACCORD POSSIBLE !!!
MESURES UNILATERALES
PRISES PAR LA DIRECTION (*)

  • une Augmentation générale : +0,7%
  • un Plancher : 250€ brut
  • une Enveloppe pour les Augmentation Individuelles : 1,5%

UN ACCORD A ETE SIGNE POUR LA
« PRIME MACRON » (*)

  • 750€

(*) voir modalités exactes dans un Pixis à venir …

Epilogue …

POUR RAPPEL …

Le 2ème tour des Négociations Annuelles Obligatoires, portant notamment sur les mesures de revalorisation des salaires pour 2020, à eu lieu ce jour pour le périmètre des entreprises qui sont régies par la Convention Groupe CM-CIC.
Pour rappel, la Direction était restée campée lors du

1er tour des négociations sur les mesures suivantes :

  • une Augmentation Générale au 1er janvier de +0,4%
  • une Mesure Plancher à 150€ brut annuel
  • une promesse d’un Abondement à 570€ en 2020 pour un versement volontaire de 190€
  • une « prime Macron » de 500€ proratisée au temps de présence
  • et … une enveloppe destinée aux mesures de revalorisations salariales individuelles portée à 1,4% (au lieu des 1% habituels).

Très insuffisant compte tenu :

  • des attentes légitimes des salariés
  • d’un taux d’inflation de l’ordre de 1%
  • du résultat 2019 prévisionnel exceptionnel du Crédit Mutuel
  • et des demandes formulées par les Organisations Syndicales !

L’ENQUETE #VOUS AVEZ LA PAROLE SERT D’ALIBI A LA DIRECTION …

Pour justifier d’une proposition d’Augmentation Générale aussi basse, la Direction se retranche derrière le résultat de son enquête : #VOUS AVEZ LA PAROLE

D’après les Dirigeants du Crédit Mutuel Alliance Fédérale, les salariés y auraient exprimé en grand nombre « un besoin de reconnaissance individuelle ». Cette demande est schématiquement traduite par la Direction par : les salariés souhaitent moins d’Augmentation Générales … !!!

Pour rappel, les instances représentatives du personnel ainsi que les Organisations Syndicales n’ont pas été associées à l’élaboration du questionnaire de l’enquête, ni au dépouillement des résultats … Seul leur a été communiqué un PPT reprenant l’analyse qu’en a fait la Direction : #CROYEZ-NOUS SUR PAROLE … !!!

Pour la CFTC

la reconnaissance de l’engagement de chacun
passe systématiquement par la combinaison :

  • d’Augmentations Collectives réalistes garantissant une revalorisation salariale et un maintien du pouvoir d’achat pour tous,
  • d’Augmentations Individuelles justes où tous les salariés soient assurés de ne pas être victimes de l’ostracisme de certains hiérarchiques …

ET VOILA LE RESULTAT DE CES NAO …

Malgré d’âpres discussions, la Direction de Crédit Mutuel Alliance Fédérale n’a pas consenti à entendre les arguments pourtant réalistes et justifiés avancés par les Organisation Syndicales. Elle a décidé unilatéralement des mesures suivantes :

  • une Augmentation Générale au 1er janvier de + 0,7 %
  • une Mesure Plancher à 250 € brut annuel
  • une Enveloppe pour les Promotions Individuelles portée à 1,5 %

Nous reviendrons sur le montant de l’Abondement très prochainement …

Un consensus a toutefois pu être trouvé au sujet de la « prime Macron » :

  • une Prime Exceptionnelle de 750 € versée en février.

La CFTC reste à l’écoute de vos réactions ou questions
relatives à ces mesures décevantes 🙁

REFORME DES RETRAITES …

La CFTC appelle à la MOBILISATION
mardi le 17 décembre 2019 !

Les annonces du Premier ministre sur la réforme des retraites n’ont pas convaincu la CFTC.
Réunis en conseil confédéral, ses dirigeants ont diversement apprécié les mesures explicitées par Edouard Philippe.
Si le sentiment d’avoir été entendu l’emporte pour une partie du discours, d’autres annonces sur des points pourtant essentiels laissent un goût amer.

À titre d’exemple, la CFTC accueille favorablement les annonces en matière de droits familiaux. Le futur système accorderait des points supplémentaires pour chaque enfant et ce dès le 1er enfant. Une majoration de 5 % qui serait accordée à la mère, sauf choix contraire des parents avec 2% supplémentaire pour les familles de trois enfants.
D’autres annonces témoignent également du fait que le gouvernement a acté la nécessité d’engager des concertations avec les représentants des secteurs concernés. S’il s’agit de favoriser un déploiement du nouveau système sans conséquences brutales pour les travailleurs et sans effets néfastes pour les niveaux de pensions de certains, la CFTC ne peut être que d’accord.
Concernant la gouvernance du futur système, la CFTC a revendiqué durant toute la concertation une voix déterminante pour les partenaires sociaux, rappelant la gestion responsable et efficace de ces derniers dans le cadre des caisses de retraite complémentaire. Afin de retrouver la confiance de nos concitoyens, le projet de loi devra formuler des règles simples et stables de pilotage du futur système. Il devra surtout garantir aux partenaires sociaux un rôle clé dans la gestion des paramètres essentiels.
Sur ce point, les annonces du jour inquiètent la CFTC. Si le Premier ministre entend bien confier aux partenaires sociaux la fixation et l’évolution de la valeur du point, il fixe dès à présent un âge d’équilibre en ne laissant aux partenaires sociaux que le soin d’en définir les modalités.
Fixer dès aujourd’hui cet âge-cible et le calendrier pour l’atteindre augure mal du rôle attribué aux partenaires sociaux. Le souvenir encore proche et douloureux de la feuille de route fixée par le gouvernement pour la réforme de l’assurance chômage fait craindre le pire à la CFTC.
Autre point de crispation : le peu de précisions apportées sur la prise en compte de la pénibilité. Rien, dans les propos du Premier ministre, ne garantit que toutes les situations de travail réellement pénibles donneront lieu à compensation et ce, quels que soient les statuts.
En conséquence, le conseil confédéral a voté la participation de la CFTC à une mobilisation le 17 décembre.
Tout en rappelant son adhésion au principe d’un régime universel par points, elle donnera comme mot d’ordre à cette participation :

  1. Le refus de l’âge pivot tel qu’annoncé par le Premier Ministre avant même la mise en place de la future gouvernance
  2. L’exigence d’une prise en compte de toutes les situations de travail réellement pénibles comme devant donner lieu à compensation quels que soient les statuts

RÉFORME DES RETRAITES : Déclaration de la CFTC à l’issue de la deuxième phase de concertation

Madame la Ministre, Monsieur le Haut-commissaire, Mesdames, Messieurs,

Madame la Ministre, Monsieur le Haut-commissaire vous venez de rendre vos conclusions sur la deuxième phase de concertation.

La CFTC s’est inscrite dès le départ dans ce projet de société mettant en place un système de retraites universel autour des grands principes d’équité et de lisibilité.

Avant même la concertation, nous exprimions déjà le souhait de construire un système de protection sociale universel plus juste et plus adapté aux nouvelles formes de travail, à la pluralité des parcours et aux changements de statuts.

La première séquence a permis de balayer et de sécuriser un certain nombre de sujets chers à notre organisation : la retraite des femmes, la réversion, les petites retraites, la prise en compte des aidants, de la dangerosité des fonctions régaliennes, et de la pénibilité.

Malheureusement cette seconde phase s’est avérée décevante. Nous nous attendions en effet à entrer davantage dans le détail de ces garanties obtenues lors de la première phase de concertation.

Si les échanges avec les équipes du Haut-commissaire sont restés de qualité, force est de reconnaitre que cette deuxième phase de concertation a été marquée par la cacophonie et l’opacité autour du projet de loi.

La CFTC avait pourtant prévenu qu’un ajustement paramétrique aurait pour conséquence de nuire à la compréhension de la réforme et de compliquer la nécessaire pédagogie de celle-ci. Les récentes publications des projections du COR associées à une communication gouvernementale parfois ambigüe ont nourri la défiance de nos concitoyens au sujet de la réforme.

Venons-en maintenant aux conclusions du rapport que vous venez de nous préciser :

Nous sommes satisfaits de constater que le rapport préconise que les fonctions régaliennes (pompiers, militaires, forces de l’ordre) continuent de conserver leurs spécificités et leurs possibilités de départ anticipé ce qui nous apparait normal au regard des risques auxquels sont confrontées ces professions.

Le régime universel doit donc être l’occasion d’ouvrir les discussions relatives à la rénovation du Compte personnel de prévention (C2P) pour plus de droits et plus d’équité. Etre exposé à la pénibilité de façon durable obère les chances de vivre une retraite sans incapacité et peut avoir des conséquences sur l’espérance de vie notamment dans un contexte où l’âge du taux plein passerait à 64 ans.

Nous souhaitons donc que le nouveau système prenne mieux en compte la pénibilité. Actuellement les règles le rendent peu accessible. Les seuils fixés pour obtenir des points sont relativement élevés, la CFTC souhaite les voir évoluer tant pour les fonctionnaires qui ne vont plus relever de la catégorie active que pour les salariés des régimes spéciaux. La CFTC souhaite également que ce C2P rénové réintègre certains facteurs de risque : port de charges lourdes, vibrations mécaniques, postures pénibles.

Parmi les options présentées ce matin, celles concernant les droits familiaux nous donnent le sentiment d’avoir été entendus. Nous aurions cependant souhaité que la deuxième phase de concertation nous permette de rentrer plus en détail sur la mise en œuvre pratique de ces dispositifs – la lisibilité de la réforme passe par là :

  • Or des zones d’ombres demeurent sur la prise en compte des enfants nés sous l’ancien système. La question reste de savoir si la bonification de 5% par enfant supprime ou pas les majorations de trimestres jusqu’à maintenant accordées aux mères. Des majorations d’ailleurs accordées de manière différente entre le public et le privé.
  • En tout état de cause, la CFTC souhaite que les périodes de maternité et d’éducation pour enfants donnent lieu à l’attribution de points et soient considérées comme des périodes effectivement travaillées.
  • Par ailleurs, la question du choix du parent pour la majoration de pension n’est pas sans poser de difficulté. Cette décision devant intervenir dans les quatre années après la naissance ou de l’adoption de l’enfant, il n’est pas avéré que cet avantage familial bénéficie à la femme.
  • La CFTC se satisfait que les 5% de majoration soient attribués dès le premier enfant. Pour autant, elle insiste pour que soit corrigée la perte qui concerne les familles de 3 enfants, passant ainsi de 10% pour chacun des parents à 15% pour les deux.
  • Le maintien des pensions de réversion sans condition de ressources et les modalités de calculs sont des motifs de satisfaction pour notre organisation. En revanche, la fermeture du dispositif aux conjoints divorcés et le recours au juge des affaires familiales poseront d’indéniables difficultés.

Concernant, l’âge légal de départ celui-ci doit rester à 62 ans. C’est une question de justice sociale pour les assurés qui ont durablement travaillé ou qui se trouvent dans l’incapacité de continuer une activité professionnelle.

La fixation d’un âge du taux plein à 64 ans posera des problèmes d’iniquité si on n’y apporte pas de correctifs.

C’est pourquoi la CFTC souhaite que les assurés ayant une durée d’assurance leur ouvrant le taux plein dans le système actuel puissent partir dans le système universel sans décote dès 62 ans ou 63 ans.

Pour la CFTC, la durée d’assurance ne doit plus jouer un rôle central dans les modalités de liquidation de la pension. Cette dernière n’interviendrait que pour annuler la décote avant l’âge du taux plein.

Par ailleurs et ceci est très important pour notre organisation :

  • la détermination d’un éventuel âge du taux plein et de tous les autres paramètres doit être du ressort de la gouvernance de la future caisse nationale.
  • Future caisse nationale où les partenaires sociaux doivent avoir une voix délibérative et/ou un droit de véto.
  • Les partenaires sociaux doivent pouvoir agir sur les leviers de stabilisation du régime. Dans cette logique, la CFTC demande que soit inscrite la « règle d’or » selon laquelle la valeur du point ne saurait être revue à la baisse.
  • Les droits acquis avant la mise en place de la réforme doivent impérativement être conservés dans le nouveau système.
  • Si certains régimes très spécifiques peuvent intégrer le nouveau système après une phase de transition plus lente, nos concitoyens ne pourraient pas comprendre que ceci se fasse de manière trop différenciée entre les salariés du privé et les fonctionnaires.
  • Concernant la fonction publique, l’instauration de cotisations sur les primes oblige l’Etat à augmenter les salaires ou à prendre à son compte le différentiel de charge.

Avancons ensemble

Qualité de vie au travail (QVT)

  • Parmi les grands sujets actuels de négociations, figurent en bonne place, la Qualité de Vie au Travail (QVT) . Le projet soumis par l’employeur aux OS comprend de nombreuses rubriques qui nous semblent aller dans la bonne direction !
    Ce projet constitue pour la CFTC, une loi-cadre qu’il convient d’enrichir par la négociation !
    Tous les thèmes abordés concernent la vie professionnelle du salarié et sa conciliation avec sa vie privée.
    Une des thématiques prioritaires est la possibilité de recourir au télétravail pour tous, et sous certaines conditions. La CFTC est partisane d’expérimentations rapides dans toutes les composantes du groupe Crédit Mutuel Alliance Fédéral !
  • La CFTC souhaite, par ailleurs, une grande enquête sue les souffrances au travail avec la mise en place d’un dispositif général de détection et de prise en charge des victimes.
  • En outre, la CFTC souhaite une approche globale et volontariste de l’employeur pour favoriser les transports en commun.
  • Enfin, la CFTC rappelle son attachement au repos dominical !

Renégociations des prêts pour tous, y compris pour les salariés !

La CFTC ne réclame pas de privilège….mais un traitement identique pour les salariés qui sont également des clients !

Pour un nouveau CIE, privilégiant le regroupement géographique et la proximité pour être efficace !

La CFTC est d’accord pour reconstruire un nouveau CIE, ouvert à tous et au service de tous les salariés à l’échelle des grand pôles géographiques !
Le débat ubuesque sur le statut, CIE ou association, n’a pas de raison d’être pour un organisme au service des salariés et non d’élus ayant à régler des comptes avec l’employeur !

Nouvel accord de partenariat entre le CSE Support Fédéral et le CSE de CCS !

La CFTC préconise un nouvel accord de partenariat « élargi » entre le CSE Support Fédéral et le CSE de CCS pour la nouvelle mandature : il concernerait désormais TOUS les salariés de CCS travaillant dans le pôle Est !

Pour la reconduction de la prime Macron !

La CFTC réclame, à nouveau, le versement de la prime Macron pour un montant de 1 000 Euros pour tous les salariés de Crédit Mutuel Alliance Fédérale !
Les bons résultats 2019 du groupe et le pouvoir d’achat en berne des Français le justifient, face au ralentissement de la conjoncture économique !