CFTC du Crédit Mutuel : Solidarité avec les victimes de la COVID-19 !

Le Conseil du Syndicat du Personnel du Crédit Mutuel a octroyé :

  • Une prime de 1000€ au laboratoire d’infectiologie du CHU de Strasbourg qui, en collaboration avec l’institut Pasteur, travaille sur la recherche d’un vaccin et d’un traitement pour lutter victorieusement contre la COVID-19 .
  • Une prime de 1000€ aux Hôpitaux Publics de Mulhouse qui ont tant souffert pendant la pandémie !

CFTC : PRIME COVID : DES CRITERES D’ATTRIBUTION NE TENANT PAS COMPTE DE LA REALITE DE TERRAIN

UNE PRIME DE 850€ ?
Le rêve est passé …

PRIME COVID :
DES CRITERES D’ATTRIBUTION NE TENANT PAS COMPTE DE LA REALITE DE TERRAIN !

Dès le début de la crise COVID19, Nicolas THERY promettait, dans ses écrits aux salariés de CMAF, qu’il saurait se souvenir de leur engagement et de leur soutien en les remerciant par une mesure financière le moment venu :
la fameuse « PRIME COVID » !

Nous ne nous attarderons pas ici sur le déroulement des négociations relatives à cette prime, décevantes sur le fond comme sur la forme, seules 2 Organisations Syndicales ayant finalement apposé leur signature au bas du document.

Pour rappel, une prime COVID à 2 étages …

  • 350€ pour tous, au prorata des jours de travail sur la période de confinement, sous forme de rallonge de la décevante Prime Exceptionnelle pour le Pouvoir d’Achat (PEPA) de 750€ versée en février 2020,
  • De 1 à 500€ (brut), pour les seuls « salariés ayant accompli un effort particulier et remarquable » pendant la période de confinement, sur proposition de leur hiérarchie via REVREM et soumise à validation par les « Décideurs » via le même applicatif.

Avec votre fiche de paye du mois de juillet, vous venez de découvrir le vrai montant de cette prime …

1er étage : 350€ pour tous ?

Un chiffre plus théorique que réel bien que basé sur des critères vérifiables …

Vous êtes, pour certains, très loin des 350€, somme simplement théorique, qui n’a été attribuée que si vous n’avez eu aucun jour d’absence (CP, RTT, maladie ou Dispense d’Activité) sur la période considérée.

Avec du recul, même si les critères d’attribution sont vérifiables et qu’un rapide calcul/pointage vous permettra de vous assurer qu’ils ont bien été respectés, ils ne peuvent pas être considérés comme satisfaisants.

  • Comment ne pas éprouver de l’amertume lorsqu’on sait que par exemple, en matière de prise de congés tout le monde n’a pas été logé à la même enseigne. En effet, certaines entités de CMAF ne tenaient aucun compte des préconisations du Groupe qui demandaient de considérer avec bienveillance les demandes d’annulation de CP/RTT et, au contraire, demandaient avec beaucoup d’insistance à leurs collaborateurs d’en poser… !
  • On comprend également le sentiment d’injustice de certains collègues qui, alors qu’ils s’étaient déclarés volontaires pour être présents au bureau/à l’agence ou faire du télétravail, se sont vu refuser ces modes de travail et imposer par leur hiérarchie la Dispense d’Activité sans pour autant que des rotations n’aient été mises en place au sein de leur équipe, comme préconisé par le groupe ?

2ème étage : le « jackpot » de 500€ ?

Les heureux élus comptez-vous !

Laisser reposer sur les épaules des manageurs directs la responsabilité de proposer les salariés pour l’attribution de cette prime et d’en déterminer le montant, sans pour autant en être le « valideur » final, est apparu comme étant une très mauvaise solution dans le cas présent !

Certains, même s’ils ont tenté de faire pour le mieux, étaient souvent englués dans le choix difficile entre reconnaître financièrement l’engagement de leurs collaborateurs ou risquer les reproches de leur propre hiérarchie jugeant leur « générosité » inappropriée …
Que dire des cas où les propositions d’attribution ont dû être revues à la baisse ou ont tout simplement dû être retirées …
Certains autres, fort heureusement minoritaires, ont utilisé cette opportunité pour récompenser des membres de leur équipe sur des critères beaucoup plus subjectifs et totalement déconnectés de l’objectif initial de cette prime …

Le résultat concret de ce mode d’attribution, plus que subjectif et délicat, est visible sur votre fiche de paye : très rares sont ceux d’entre vous qui ont pu y voir figurer le montant de 500€ (brut) !

Triste constat : d’après vos retours, rares sont ceux qui ont atteints le 2ème étage,
beaucoup sont malheureusement restés coincés en cours de route,
certains n’ont même pas eu de place dans l’ascenseur …

DECIDEMENT, NOS DIRIGEANTS NE SEMBLENT PLUS MAITRISER L’ART DU VERSEMENT DES PRIMES EN 2020

  • 750€ en février (1.000€ en 2019 avec des résultats inférieurs …)
  • une prime COVID in fine décevante (égale à 0€ pour certains …)

CFTC : AMELIORER LA QUALITE DE VIE PROFESSIONNELLE GRÂCE AU TELETRAVAIL

ENCADRER LE TELETRAVAIL

AMELIORER LA QUALITE DE VIE PROFESSIONNELLE GRÂCE AU TELETRAVAIL

Crédit Mutuel Alliance Fédérale a su être réactif lors de la crise COVID19, que ce soit pendant le confinement ou lors de sa sortie progressive !

La pandémie a fait bouger les lignes …

Il faut en tirer les leçons

et ne pas se satisfaire d’un retour au « comme avant » !

Cette crise sanitaire aura notamment contraint CMAF à recourir au TELETRAVAIL à grande échelle ! Et malgré quelques « ratés », ce recours a été globalement une réussite, grâce aux informaticiens d’EURO INFORMATION.
Après ce « test » en situation d’urgence, il faut transformer l’essai et désormais organiser le TELETRAVAIL pour les temps plus ordinaires.

Afin que le TELETRAVAIL constitue un réel progrès social

il convient de bien l’encadrer !

La CFTC est attachée à 7 principes fondamentaux :

  1. Principe du double volontariat
    • L’obligation doit rester l’exception pour motifs graves (crise sanitaire, menaces terroristes, intempéries exceptionnelles, …)
  2. Alternance entre télétravail et présentiel
    • Il convient d’éviter le phénomène d’isolement, la cassure du lien social et l’érosion de l’esprit d’entreprise
  3. Hiérarchie bienveillante
    • Elle doit être formée au management à distance basé sur la confiance, elle doit être capable de maintenir l’esprit d’équipe, être soucieuse de la communication et favoriser les échanges entre collaborateurs
  4. Réel droit à la déconnexion
    • Le travail faisant une intrusion au domicile du salarié, il s’agit de garantir le juste mais fragile équilibre entre sa vie familiale et sa vie professionnelle
  5. Equipements informatiques performants et adaptés
    • Le matériel informatique fourni doit être adapté au métier exercé et aux missions du collaborateur (double écran dans certains cas, casque/micro pour la participation aux réunions Skype, …)
  6. Aménagement du poste de travail au domicile
    • De par son ergonomie, le poste de travail et son agencement doivent garantir la santé du salarié
  7. Participation financière de l’Employeur
    • Elle doit compenser les frais supplémentaires engendrés, notamment ceux liés aux repas si le collaborateur ne bénéficie pas de Titres Restaurant.

LE TELETRAVAIL POUR TOUS LES METIERS ?

Si dans la majorité des cas le TELETRAVAIL améliore la qualité de vie de ses bénéficiaires, il ne doit pas conduire à une fracture entre les « cols blancs » et les « cols bleus » qui n’y ont pas accès.

Pour ces derniers une compensation est à rechercher et à prévoir !

ET QUAND LES CONDITIONS DE LOGEMENT NE SONT PAS ADAPTEES AU TELETRAVAIL ?

Par ailleurs, les difficultés rencontrées par des collègues dans les logements ne doivent pas être aggravées par le TELETRAVAIL : violences familiales, travailleurs en situation de handicap, exiguïté, etc…

Des possibilités de « télétravailler » en repli dans les CCM ou agences CIC les plus proches du domicile devront être proposées !

RESTER FLEXIBLE ET ADAPTER LES REGLES DANS LE TEMPS !

Des ajustements des règles mises en place lors de la négociation de l’accord traitant du TELETRAVAIL devront immanquablement être prévus après la mise en place de ce dernier

Une commission de suivi spécifique devra donc être mise en place dès la signature de l’Accord avec pour mission de mesurer ses impacts sur les salariés et de proposer des aménagements de l’Accord, si nécessaires !

POUR LA CFTC VOILA LE CHEMIN POUR LA MISE EN PLACE D’UN TELETRAVAIL « GAGNANT / GAGNANT » !

CFTC : ATTESTATION FISCALE déclaration de revenus 2019

Chères et chers Adhérents/es,

Lors de votre déclaration de revenus, les justificatifs ne sont plus à joindre mais à fournir en cas de demande expresse de l’Administration fiscale.
De ce fait et dans un souci de responsabilité environnementale, votre Syndicat CFTC se propose de ne plus systématiser l’envoi des attestations fiscales papier pour les adhérents qui ont payé une cotisation annuelle complète en 2019.

Afin de vous permettre de compléter votre déclaration de revenus, et de bénéficier le cas échéant d’un crédit d’Impôts de 66% du montant de votre cotisation syndicale, nous vous rappelons ci-dessous le montant qu’il conviendra d’y faire figurer, au titre des revenus 2019.
Ce dernier est fonction de votre statut qui figure sur votre fiche de paye dans la rubrique « Classification ».

  • Employés : 89€
  • Techniciens : 106 €
  • Cadres : 144 €
  • Retraité : 60 €

Une attestation personnalisée sera adressée aux nouveaux adhérents ainsi qu’à tous ceux n’ayant pas cotisé une année complète.

Si l’administration fiscale devait vous la réclamer, merci d’adresser un mail à la permanence pour en solliciter l’édition et nous préciser si vous souhaitez un envoi :

  • par courriel en précisant l’adresse mail à utiliser
  • par courrier en indiquant l’adresse postale

En cas de changement dans votre situation personnelle ou classification professionnelle, nous vous prions de bien vouloir en informer notre permanence syndicale pour une mise à jour de votre cotisation.

Les nouveaux tarifs des cotisations pour 2020, sont disponibles ici

Nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.
Nous vous remercions pour votre fidélité et vous adressons cher(e) adhérent(e), nos meilleures salutations.
L’équipe du Syndicat CFTC du Personnel de Crédit Mutuel

la CFTC vous informe : CORONAVIRUS : Personnes Fragiles à Risque Elevé

N’HESITEZ PAS A PARTAGER CE MESSAGE AVEC VOS COLLEGUES
MÊME NON-SYNDIQUES/EES

COMMUNIQUE DE L’ASSURANCE MALADIE
Personnes Fragiles à Risque Elevé

Si vous faîtes partie des Personnes Fragiles à Risque Elevé pour qui l’épidémie actuelle présente un risque réel (voir liste dans l’encadré ci-dessous) prenez impérativement contact avec votre hiérarchie afin qu’une solution de télétravail puisse être trouvée.

Prenez également connaissance du Communiqué de Presse de l’Assurance Maladie qui vous concerne !

 

 

CFTC – Covid 19- Dernières mesures et dernières communications

Bonjour à toutes et à tous,

la Fédération est en contact avec l’AFB.
Depuis hier, 2 réunions en conf call se sont tenues pour nous informer en temps réel des mesures prises
Ce qui nous permet aussi de remonter les inquiétudes des collégues, problématiques terrain ….

La CFTC a demandé

  • la fermeture des agences bancaires du Haut Rhin (région la plus touchée) : BNPPARIBAS, Crédit Mutuel , Société Générale et HSBC ont déja fermées quelques agences dans cette région
  • Nous préciser ce qu’ils entendent par « La notion d’Opération essentielle » , car les banques restent ouvertes pour ces opérations mais la majorité des banques n’ont plus de guichets, de liquidités et les DAB sont sous traités …

En revanche , certaines Directions demandent à ses commerciaux de vendre des contrats obsèques, des assurances vie …..

Nous avons bien conscience qu il ne faut pas fermer toutes les agences bancaires, cela provoquerait une panique générale mais les mesures de précautions doivent être mis en place, ce qui n’est pas le cas:
Beaucoup d’agences n’ont pas de masques , ni des gants. Ah si des agences ressortent les masques qui avaient été fournis lors de l’épidemie de grippe H1N1, alors qu ‘ils sont périmés!
pour le gel hydroalcoolique, il n’y en aura pas si l’agence est dotée de sanitaire avec lavabo ….
Les collégues sur le terrain sont en sous effectifs

Attention au droit de retrait, il peut coûter cher au salarié, nous le déconseillons fortement

  • Nous avons mis un point d’alerte pour les personnes se rendant au travail mais qui ont à la maison, conjoint / parent/ enfants fragile..
    cette situation est étudiée au cas par cas , ils doivent remplir une déclaration et la Direction se réserve le droit d’accepter ou non
  • Le gel des frais de dépassements pour les clients.

Si vous avez des remontées terrain , n’hésitez pas à nous les communiquer

Vous trouverez ci dessous

Prenez soin de vous, 

 

la CFTC vous informe PAS DE SOLUTION POUR LA GARDE DE VOS ENFANTS

Point info CORONA VIRUS

N’HESITEZ PAS A PARTAGER CE MESSAGE AVEC VOS COLLEGUES MÊME NON-SYNDIQUES/EES

Dans son allocution télévisuelle d’hier soir, le Président de la République a annoncé la fermeture dès lundi 16/03, pour une durée indéterminée, des crèches, écoles, collèges et universités.
Cette mesure forte et contraignante entraînera sans aucun doute, pour bon nombre d’entre vous, des difficultés pour trouver des solutions de garde alternatives pour vos jeunes enfants.

Dans certains cas, il vous sera malheureusement impossible de trouver une telle solution et vous serez contraint d’envisager de rester à la maison pour assurer la garde de vos bambins.
Un dispositif spécifique a été mis en place par l’Etat pour vous permettre de vous absenter de votre travail jusqu’à 2 semaines.

Qui peut y prétendre :

  • Seuls les parents d’enfants de moins de 16 ans au jour du début de l’arrêt sont concernés par le dispositif.
  • Les enfants doivent être scolarisés dans un établissement fermé ou être domiciliés dans une des communes concernées. Les listes des communes sont régulièrement mises à jour sur les sites internet des rectorats, il est recommandé de s’y référer pour confirmer que l’établissement de l’enfant est bien situé sur l’une de ces communes.
  • un seul parent (ou détenteur de l’autorité parentale) peut se voir délivrer un arrêt de travail. A cet égard, le salarié doit fournir à son employeur une attestation sur l’honneur certifiant qu’il est le seul à demander un arrêt de travail dans ce cadre.
  • l’entreprise ne doit pas être en situation de mettre, sur cette période, l’employé concerné en télétravail : l’arrêt de travail doit être la seule solution possible.

Comment procéder :

  • CONTACTEZ SANS ATTENDRE VOTRE EMPLOYEUR/HIERARCHIE pour l’informer de l’impossibilité de trouver un mode de garde alternatif pour vos enfants
  • CONCERTEZ VOUS AVEC VOTRE EMPLOYEUR/HIERARCHIE pour envisager toutes les solutions éventuellement possibles, notamment celle du recours au télétravail s’il peut être possible ou la mise en place d’une souplesse ponctuelle dans vos horaires de travail
  • En l’absence de solution alternative, CONFIRMEZ PAR EMAIL A VOTRE EMPLOYEUR/HIERARCHIE que vous demandez à bénéficier du dispositif spécial mis en place par le gouvernement en précisant la date de début et de la date de fin prévisionnelle de votre absence
  • L’EMPLOYEUR/HIERARCHIE PROCEDERA A LA SAISIE SUR AMELI.FR de l’arrêt de travail spécifique spécialement prévu pour ce cas.

En cas de questions complémentaires
contactez prioritairement votre interlocuteur habituel des Ressources Humaines.

La CFTC prend acte de la décision du gouvernement de recourir au 49.3 afin d’adopter sans vote son projet de réforme des retraites.

Si elle regrette ce procédé qui prive nos concitoyens d’un débat digne de l’enjeu, force est de constater que les conditions de ce débat devenaient de plus en plus difficiles.

La CFTC poursuivra pour sa part son travail d’analyse et de proposition. Les occasions d’enrichir le texte dans le sens d’une plus grande équité ne manqueront pas. Ces occasions passent par le Sénat à qui il revient maintenant d’étudier la dernière version du texte. Elles passent également par la conférence sur le financement à laquelle la CFTC participe et contribue activement.

La CFTC prend bonne note des évolutions apportées au texte par le gouvernement. Certains des amendements reprennent ses propositions. Par exemple, l’ouverture de la retraite progressive abaissée de 62 à 60 ans ; l’amélioration de la prise en compte de la pénibilité pour les salariés exposés à plusieurs risques (polyexposition) ; l’attribution d’office à la mère de 2,5% de majoration de pension accordés pour chaque enfant, les 2,5% restants étant également attribués à la mère à défaut d’entente entre les parents.

Pour autant, beaucoup reste à faire pour rendre le texte acceptable, notamment en matière de reconnaissance de la pénibilité et de prise en compte des carrières longues. La CFTC ne saura au final accepter un texte qui conduirait à pénaliser les carrières les plus précaires, les agents des 3 fonctions publiques dont les pensions pourraient être fragilisées et contraindre, plus globalement, certains travailleurs à devoir travailler plus longtemps que d’autres pour atteindre un niveau digne de pension.

Passages médias

Pascale Coton, vice-présidente de la CFTC, réagit à l’annonce du Premier Ministre sur Europe 1, le 29 février 2020


Cyril Chabanier, président confédéral, dont le tweet est repris dans Lemonde.fr, « Extraordinaire nervosité » : les syndicats unanimes contre le choix du 49.3 pour la réforme des retraites »

Coronavirus et le monde du travail

Ce vendredi 28 février se tenait une réunion interministérielle sur le thème « Coronavirus et le monde du travail ». La ministre du Travail Muriel Pénicaud, celui de l’Economie Bruno Lemaire, ainsi que celui de la Santé, Olivier Véran, ont ainsi reçu les partenaires sociaux afin de faire un point sur la situation en France. Francis Orosco représentait la CFTC. A l’issue de la rencontre les ministres ont diffusé à la presse et aux partenaires sociaux un document compilant les 23 Questions les plus posées autour du virus ainsi que les réponses à celles-ci.

La CFTC a publié ces informations sur son site internet confédéral   https://www.cftc.fr/actualites/coronavirus-et-monde-du-travail

Voici le lien qui renvoie directement au site du ministère.  https://travail-emploi.gouv.fr/actualites/l-actualite-du-ministere/article/coronavirus-questions-reponses-pour-les-entreprises-et-les-salaries

CFTC : RETRAITES. PÉNIBILITÉ : DES AVANCÉES INSUFFISANTES

Ce matin le Premier ministre recevait à Matignon l’ensemble des partenaires sociaux afin de faire un point sur la réforme des retraites. Cette réunion multilatérale avait pour objectif la restitution des concertations sur la pénibilité, l’emploi des séniors, les transitions et le minimum de pension. Si sur certains points la CFTC a été entendue, elle reste déçue des annonces, notamment celles relatives à la pénibilité.

Parmi les bonnes nouvelles annoncées ce matin. La CFTC salue l’idée d’une transition dite à l’italienne. Autrement dit, pour les générations qui seraient à cheval sur les deux régimes (celles nées entre 1975 et 2004), il est proposé de continuer à prendre en compte, pour les fonctionnaires, les vrais 6 derniers mois et, pour les salariés du privé et contractuels de la fonction publique, les 25 meilleures années. Cette revendication CFTC garantit donc que les droits générés par l’ancien système soit maintenus dans le nouveau avec une règle de calcul plus favorable.

Les évolutions retenues sur la retraite progressive sont aussi de nature à satisfaire la CFTC. En effet, elle a été entendue sur l’abaissement à 60 ans de l’accès à ces dispositifs au lieu des 62 ans initialement prévus. Durant la concertation, la CFTC avait défendu l’idée selon laquelle c’est dès 60 ans que les assurés qui sont sujets aux tâches les plus éprouvantes souhaitent pouvoir réduire leur activité, tout en touchant une fraction de leur retraite.

Concernant la volonté gouvernementale d’ouvrir une réflexion sur le CET (compte épargne temps), la CFTC ne peut qu’en être d’accord, puisqu’elle proposait lors de son audition sur le rapport Bellon et l’aménagement des fins de carrières de généraliser de tels dispositifs. En effet ceux-ci permettraient au salarié volontaire d’accumuler, avec des abondements éventuels de l’employeur, des droits à congé rémunéré, de compléter sa rémunération immédiate ou de différer ce complément pour cesser progressivement son activité.

De même, la CFTC est très preneuse d’une discussion avec la ministre du travail visant à développer le mécénat de compétence. Ce-dernier pourrait être un levier efficace pour favoriser l’emploi partagé. Le principe est simple : partager son temps de travail entre une expérience en entreprise et une association de l’ESS (Economie Sociale et Solidaire), tout en restant rémunéré à 100% par son entreprise.

Le développement de ces trois dispositifs (retraite progressive/ CET /mécénat de compétences) ne fera pas disparaître les difficultés des séniors sur le marché du travail, mais il contribuerait à pallier l’obstacle du relèvement de l’âge de départ. Par ailleurs ces dispositifs conduiraient à ce que les entreprises prennent leur part de l’effort collectif, un principe cher à la CFTC.

Concernant la pénibilité, celle-ci se divise en trois blocs : prévention / reconversion / réparation.

Si la CFTC a noté des avancées en matière de reconversion (congés formation) ou de prévention (+100M€), elle attend toujours des annonces fortes et concrètes permettant aux personnes exerçant les métiers les plus pénibles de partir au même âge qu’aujourd’hui.

De même, elle attend toujours la réintégration des 4 facteurs de pénibilité exclus lorsque le C3P est devenu C2P (Manutention de charges lourdes, postures pénibles, agents chimiques dangereux et vibrations mécaniques). Elle rappelle que derrière ces facteurs, il y a des femmes et des hommes ! Elle rappelle encore et toujours que 85% des maladies professionnelles ont précisément pour origine l’un de ces facteurs exclus.

Si certaines de ces annonces vont dans le bon sens et traduisent un début d’écoute et de prise en compte réelle des partenaires sociaux, il faudra que cet esprit perdure dans les prochaines réunions et concertations à venir, notamment dans le cadre de la conférence des financements.