CCS TRACT INTER SYNDICAL CFDT CFTC SNB : Qualité de Vie au Travail & le Télétravail

Que nous apporte l’accord CCS sur la Qualité de Vie au Travail & le Télétravail
signé le 15 juin 2021 ?

L’accord cadre groupe sur la QVT et le télétravail a pris effet le 28 octobre 2020.

Grâce aux négociations des organisations syndicales groupe nous avions déjà obtenu :

  • La mise en place du travail à distance selon deux possibilités – soit un rythme de 22 jours maximum de travail à distance par an ou un rythme de 1 jour de travail à distance par semaine.
  • La mise en place du forfait Mobilité durable de 400 €, accordé aux collaborateurs qui s’engagent à utiliser les transports doux.
  • Le groupe s’engage à ce que la charge de travail figure parmi les thèmes à aborder obligatoirement lors de chaque entretien professionnel. Le support prévu pour le déroulement de ces entretiens (accessible via l’outil TALENTSOFT) sera adapté de sorte à intégrer pleinement la thématique de la charge de travail.
  • L’accompagnement de chacun dans l’utilisation croissante du digital. Le groupe a l’ambition d’apporter aux salariés des solutions et des outils performants qui leur permettent de libérer du temps et de les faire monter en expertise. Le groupe souhaite développer des solutions qui les assistent et renforcent leur efficacité sans se substituer à l’humain.
  • Des engagements forts en matière de santé au travail :
    • La mise en place d’une plateforme santé donnant un accès unique à l’ensemble des services de l’employeur, ainsi que de nouveaux services à venir. La lutte contre les risques psycho-sociaux et l’encouragement de la pratique du sport en entreprise seront privilégiés.
  • L’amélioration de l’aménagement des locaux et de l’ergonomie du poste de travail.

En réponse à vos attentes fortes sur le sujet, nous avons négocié

Un accord CCS mieux-disant

QVT

  • Une attention portée sur la charge de travail : CCS s’engage à maintenir l’équilibre « charge de travail – activité – effectif » en palliant si nécessaire les absences pour longue durée, notamment en étudiant la possibilité de procéder au remplacement temporaire des personnes absentes depuis plus d’un mois.
  • Réunions : Mise en oeuvre de la réunion attitude, avec la prise en considération des plages horaires habituelles de travail des participants, afin de respecter l’articulation vie privée / vie professionnelle.
  • Dialogue : L’accord prévoit des moments d’échanges collectifs (réunions de service) et un temps d’échange individuel entre le salarié et son manageur. Les thématiques relatives à la charge de travail, la motivation ou la satisfaction au travail pourront être abordées au cours des entretiens professionnels obligatoires (tous les 2 ans) ou des entretiens de bilan (tous les 6 ans).
  • Santé et risques psychosociaux : Les facteurs de risques psychosociaux ont été identifiés afin de mieux les prévenir et d’agir efficacement (l’environnement de travail, l’espace respectant le calme et la convivialité……). La qualité de vie au travail chez CCS commence également par une bonne intégration des nouveaux arrivants, amenés à suivre la formation « CCS le service bien compris ». La DRH de CCS s’engage à accepter toutes les demandes de formation (FORMAD) de type SST et/ou formation aux gestes qui sauvent.
  • Conciliation de vie : Une souplesse horaire est accordée au salarié tiré au sort comme juré à la Cour d’Assises. Il est également convenu de l’aménagement possible des horaires de travail, pour les salariées entrant dans leur 6ème mois de grossesse.
  • Manageurs : Ils bénéficieront de formations destinées à faciliter la communication et les échanges avec leurs collaborateurs, en présentiel et en distanciel. Les améliorations négociées reposent souvent sur les manageurs. Ceux-ci n’ont pas été oubliés par l’accord qui prévoit de les former et de les accompagner vers un management humain et responsable.
  • Journée solidaire : Pour favoriser l’engagement des salariés, ceux-ci sont autorisés à participer à une journée citoyenne une fois par an, sur leur temps de travail.
  • Pour les cyclistes : La DRH de CCS offre un kit d’équipement complet aux salariés bénéficiant de la prime de mobilité durable.

TELETRAVAIL

Le travail à distance fera son entrée dans notre quotidien, à compter du 1er octobre 2021, et sera matérialisé par un avenant au contrat de travail. Dans cette attente, une phase transitoire de mise en oeuvre s’est ouverte au 1er juillet 2021, au terme du télétravail de crise.

L’accord signé à CCS offre une souplesse d’organisation du travail à distance pour TOUS. En effet, le télétravail,

  • Peut aller jusqu’à :
    • 2 jours pour les salariés à temps plein ou titulaires d’un temps partiel supérieur ou égal à 75%, pour un rythme hebdomadaire de travail de 5 jours,
    • 1,5 jour de télétravail par semaine pour les salariés travaillant sur une grille de 4,5 jours hebdomadaire,
    • 1 jour par semaine pour les salariés dont le taux d’activité est compris entre 50 et 75%.
  • N’est pas une obligation et repose sur le volontariat. Toute demande refusée devra faire l’objet d’une réponse écrite du manageur. La DRH de CCS s’est engagée à poser un regard objectif sur les éventuels désaccords entre le salarié et son manageur.
  • Ne s’inscrit pas dans l’élargissement des horaires. Toute modification fait l’objet d’une information en CSE. La plage horaire du travail à distance doit rester la vôtre, habituellement exercée dans l’unité de travail.
  • Peut intervenir occasionnellement en cas de perturbations climatiques, des transports ou dans le cas d’une situation particulière liée à la santé.

Questions / Réponses

Le télétravail où ?

  • Au domicile (résidence principale)
  • Son pied à terre durant la semaine de travail
  • Sur un site du groupe plus proche de chez soi, sous réserve d’un accord des hiérarchies
  • Parce que je suis aidant, chez un proche vulnérable, selon les situations individuelles

Le télétravail quand ?

  • N’importe quel jour de la semaine, du lundi au samedi y compris le lendemain d’une absence

Le télétravail c’est quoi ?

  • C’est du travail effectif et productif

Un guide complet de « l’univers du travail à distance », est à votre disposition sur Pixis, sous la rubrique « Les univers thématiques » :

Un accord a vocation à s’appliquer :
N’hésitez pas à contacter les organisations syndicales signataires pour toutes difficultés et/ou informations complémentaires.

Gardez bien ce document dans le tiroir tant que vous en avez encore un… Le flex-office pointe son nez.
Comme toujours, vous pouvez compter sur nous pour être vigilants et exigeants sur sa mise en place.

Le tract original

INTERSYNDICALE CFDT – CFTC – SNB

2021 : DU NOUVEAU POUR VOS ŒUVRES SOCIALES : ENFIN L’ÉQUITE ENTRE TOUS LES SALARIÉS CCS !!!

A  la  création de CCS, les Organisations Syndicales majoritairement élues ont confié la  gestion des œuvres sociales  CCS aux banques d’origine des salariés des différents pôles, hormis le Pôle Ouest. Cette délégation de gestion a été matérialisée par la signature de conventions.

Cette situation qui se voulait provisoire, le temps de créer un socle « Œuvres Sociales » commun CCS,  a  perduré et creusé les écarts dans les prestations proposées, les critères d’attribution et les conditions d’accès aux prestations.

Au final, tous les salariés ne bénéficiaient pas des mêmes avantages sociaux et certains s’en plaignaient alors qu’ils travaillaient parfois dans les mêmes bureaux. Ces disparités généraient beaucoup d’incompréhension.

Devant ce constat, trois Organisations Syndicales (CFDT, CFTC et SNB)  ont décidé d’apporter une solution équitable à cette situation conformément à l’engagement pris auprès des salariés au moment des élections.

Élus, aujourd’hui ces mêmes représentants tiennent leurs promesses.

Pour trouver une solution adéquate, un Groupe de Travail intersyndical a été créé au sein du CSE CCS.
Toutes les Organisations Syndicales étaient invitées à le rejoindre, seule, FO a refusé.

Tous les membres participants ont pu s’exprimer librement.

Le travail a consisté à mettre à plat l’existant : les 11 conventions de partenariat se révélaient inadaptées à une gestion commune des œuvres sociales. Plusieurs pistes ont été explorées dont l’adhésion au CASCIE (Comitéd’Activité Socialeset Culturelles Inter-Entreprises)  ou la gestion à 100% par CCS.

Parallèlement, un questionnaire a été bâti pour connaitre les attentes des salariés en matière de prestations sociales et culturelles.

A quoi sert le CASCIE ? Il  mutualise des offres de prestations, communes à tous les CSE adhérents :

CCS, ACM, EI, Support Fédéral, BECM, CMH, SOFEDIS, le Bischenberg, l’association des restaurants du CMAF. En tant qu’adhérent, nous aurons donc notre mot à dire pour faire évoluer le catalogue.

Quels sont les avantages du CASCIE ?

  • il permet de proposer les mêmes prestations à tous les salariés de CCS
  • il offre un catalogue riche en prestations (cf. liste ci-après)
  • il recueille la satisfaction des utilisateurs
  • il regroupe 11 000 salariés (avec l’arrivée de CCS) : il peut donc négocier des tarifs préférentiels
  • il est géré (administration du CSE et des œuvres sociales) par des salariés dédiés et compétents, cette prestation étant encadrée par l’expert-comptable du CSE.

Au final, l’adhésion au CASCIE a été retenue, la solution 100 %  CCS ne proposant pas autant de prestations aussi bien négociées.

A noter qu’aucun autre projet n’a été présenté par la CGT et FO.

Et quid des particularités CCS ?

Au-delà de ce catalogue commun, CCS conserve une part de son budget pour attribuer des prestations de type chèques-vacances, cartes-cadeau et autres prestations qui seront définies en fonction des réponses au questionnaire diffusé cet été.

En tant que salarié à Cergy ou Paris pourrai-je toujours déjeuner au restaurant de l’entreprise pour le même prix ?

Oui, rassurez-vous, la convention « restauration » perdure aux mêmes conditions. Vous pourrez toujours bénéficier du restaurant d’entreprise, au même prix que d’habitude.

54,5 % des salariés de CCS ont voté pour la CFDT, la CFTC ou le SNB qui avaient clairement annoncé leur volonté de rétablir la justice dans la distribution des prestations sociales et culturelles.

Elles l’ont dit, elles l’ont fait : PROMESSE TENUE !

Liste des prestations proposées par le CASCIE pour 2021

 

 

Enfants

Une subvention* pour participer au coût des centres de loisirs, d’activités, des camps de vacances, des colonies, pour les enfants jusqu’à 18 ans inclus.  
uniquement pendant les vacances scolaires avec un prix journalier maximal de 55 € (calculé selon un barème d’attribution en fonction du quotient familial) et pour 50 jours annuels maximum

Un cadeau naissance* : chèque cadeau d’une valeur de 50 € pour la naissance ou l’adoption d’un enfant

Un cadeau de Noël* : un chèque cadeau d’une valeur de 50 € pour les enfants âgés de 0 à 15 ans inclus

Fête de Noël pour les enfants âgés de 2 à 15 ans inclus : participation financière à l’organisation d’un évènement possible

Des partenariats pour les enfants : jouets, séjours, sport, soutien scolaire…

 

*prestation doublée si chaque parent est adhérent au CASCIE et présente chacun une demande avec justificatif

Sport

Une subvention à hauteur de 50% du prix réglé par le salarié avec un plafond cumulé de 80 € annuel (donnant lieu à l’établissement d’une licence ou d’une adhésion à un club, une ligue ou une fédération sportive)

Culture

&
Loisirs

Une subvention à hauteur de 50% du prix réglé par le salarié avec un plafond cumulé de 80 € annuel hors achats par le biais de la billetterie du CASCIE :
         – musées, abonnement théâtre ou musique, arts plastiques, loisirs créatifs, philatélie, numismatique, archéologie (à
           l’exclusion des cours en ligne)
         – les adhésions aux clubs de jeux : échecs, plateaux… (à l’exclusion des jeux en ligne et des jeux d’argent)
         – les entrées pour les zoos, parcs animaliers et aquariums, les parcs à caractère culturel et pédagogique (à l’exclusion
           des parcs d’attractions et de loisirs)

Une subvention pour des sorties organisées à l’initiative du CASCIE avec un plafond de 25 € annuel par salarié et ayant-droit

La prise en charge des frais de location de matériel de bricolage ou de photo-vidéo à hauteur de 50% du prix payé dans la limite d’un plafond cumulé de 80 € annuel par salarié

L’accès aux médiathèques physiques des sites de Strasbourg Wacken et d’EI Lyon.
Une subvention de 35 € pour un abonnement à une médiathèque pour les salariés ne pouvant bénéficier des médiathèques physiques

Vacances 
Sorties
Bien-être

Des partenariats :
            Vacances
: hôtels, agences de voyages, camping, croisières, gîtes, location matériel ski…
            Santé : bien-être, thalasso …
            Divers : services à domicile, cours, presse, électroménager…

Billetterie

La mise à disposition d’une carte Inter CE (CEZAM ou autres) pour le salarié, le conjoint et les enfants jusqu’à 25 ans inclus, moyennant une participation financière minorée.

La billetterie en ligne sur le site CYBERCE ou au guichet sur le site de Strasbourg

 

 

REUNION DU CSE CCS du 26/03/2020

Les mesures prisent en relation avec la Crise Sanitaire que nous traversons ont occupé l’essentiel des débats lors de cette réunion du CSE qui s’est tenue en visioconférence.

QUELQUES CHIFFRES …
Absences, Télétravail, Présentiel  

La Direction a livré les chiffres suivants, arrêtés au jour de la réunion :

  • 330 collègues ne travaillent pas Ces personnes sont
    • Soit en congés
    • Soit en arrêt maladie (garde d’enfant, personnes fragiles, malades)
    • Soit en dispense d’activité
  • 1.100 collègues sont en télétravail
  • 500 collègues sont présents sur leur lieu de travail

La Direction a également indiqué qu’une trentaine de salariés de CCS étaient « présumés atteints » et qu’une cinquantaine de personnes étaient actuellement en « quatorzaine ».

ARRÊT DE TRAVAIL « AMELI » …Procédure pour sa mise en place

Pour rappel, depuis quelques semaines les salariés/ées, sans solution de garde pour leurs jeunes enfants (conditions) , peuvent demander à bénéficier d’un arrêt de travail spécifique.

Le dispositif prévoit que ce soit l’Employeur qui saisisse l’arrêt de travail sur declare.ameli.fr

Si vous êtes concernés, faîtes parvenir à votre hiérarchie directe une demande écrite (un Email fera l’affaire) dans lequel :

  • vous attestez que vous n’avez pas de solution de garde pour vos jeunes enfants
  • vous demandez à bénéficier du dispositif spécial AMELI
  • vous précisez
    • votre N° de Sécurité Sociale
    • le NOM et Prénom de(s) enfant(s)
    • son (leur) âge
    • la période (date début et fin)

A votre Employeur de faire le nécessaire …

Si des renseignements ou des documents complémentaires devaient lui être nécessaires, il vous l’indiquera.

IMPORTANT

Pendant cette période d’arrêt de travail, vous continuez à accumuler des droits à Congés Payés (sauf si la durée d’absence excède 20 jours ouvrés sur l’année à  Accord Temps de Travail) et votre 13ème mois sera maintenu.

Par contre : il y aura un impact sur l’Intéressement/Participation
que vous toucherez en 2021,
votre compteur RTT cesse de tourner et si vous en bénéficiez,vous ne touchez plus de Tickets Restaurant.

DISPENSE D’ACTIVITE …
Quelles conséquences ?

Comme dans le reste de CREDIT MUTUEL ALLIANCE FEDERALE, votre hiérarchie a la possibilité de mettre un certain nombre de collaborateurs en Dispense d’Activité.

L’outil LSRH a été adapté pour permettre la saisie de ces dispenses.

Le salarié qui bénéficie de ce dispositif est, comme le nom le laisse entendre, dispensé de toute activité professionnelle et reste par conséquent chez lui, tout en continuant à toucher son salaire. Il doit toutefois rester à la disposition de son Employeur en cas de besoin.

IMPORTANT

Pendant cette période de Dispense d’Activité, vous continuez à accumuler des droits à Congés Payés, il n’y aura pas d’ impact sur l’Intéressement/Participation servi en 2021, et votre 13ème mois sera maintenu.

Par contre : votre compteur RTT cesse de tourner et si vous en bénéficiez, vous ne touchez plus de Tickets Restaurant.

INTERESSEMENT/PARTICIPATION …
Date limite d’option le 20/04/2020 !

Tous les salariés ont été destinataires, fin du mois de mars, d’un message les informant de la date limite (20/04/2020) pour saisir leur choix d’investissement pour l’Intéressement/Participation qu’ils vont toucher.

Ces messages ont été envoyés sur l’adresse Email renseignée par les salariés.

Certains ont malheureusement indiqué leur adresse Email professionnelle sur leur compte PEG et sont actuellement soit en arrêt de travail, soit en dispense d’activité ou en congés. Ils n’ont donc pas pu prendre connaissance de ce message.

Mme MILLET a indiqué que l’information Intéressement/Participation ne pouvait être considérée comme une situation d’urgence qui justifierait l’utilisation des adresses Email personnelles indiquées par les salariés dans le cadre du PUPA.

Par conséquent, à chacun de se connecter sur son espace « Epargne Salariale » pour matérialiser ses choix d’investissement avant le 20/04.

IMPORTANT

Ne ratez pas la date pour vos choix d’investissement Après le 20 avril il sera trop tard !

CONGES ET RTT … Annulables si déjà posés ?

Les élus CFTC et des autres OS ont interpellé la Direction sur la problématique de la possibilité d’annulation de jours de Congés Payés ou RTT.

En effet, conséquence des mesures de confinement en vigueur liées à l’épidémie de Coronavirus, les salariés ne pourrons pas profiter, comme ils l’imaginaient à l’origine, des jours de Congés Payés ou de RTT qu’ils ont posés sur cette période.

Faudra-t-il les prendre malgré la situation de confinement ?

Les salariés peuvent-ils demander le report ou l’annulation de ces jours déjà acceptés/validés par l’Employeur ?

Interrogé sur le sujet, M. GARCIA a déclaré dans un 1er temps que les CP et RTT posés et validés restent posés et validés …

Il a ensuite nuancé son propos en indiquant qu’il se conformerait aux éventuelles directive des Dirigeants de CREDIT MUTUEL ALLIANCE FEDERALE en la matière.

NOTA BENE …

A l’heure où nous vous écrivons, il semblerait que le Comité de Crise de CMAF, qui se réunit plusieurs fois par semaine, aurait déclaré ce jour 03/04 :

« La période de confinement qui a démarré le 16 mars a conduit un certain nombre de salariés à devoir renoncer à leurs projets de congés. Certains avaient déjà posé leurs congés. D’autres ont renoncé à le faire dans le nouveau contexte exceptionnel que nous vivons.

Il en ressort des situations inéquitables qui ne sont pas propices à la sérénité nécessaire dans cette période de crise grave.

Aussi, il paraît nécessaire que les managers considèrent avec bienveillance les demandes d’annulation de congés, quel que soit le statut des salariés au moment où ils formulent celles-ci. La période à considérer s’étend du 16 mars à la fin du confinement.

En contrepartie, les salariés s’engagent à participer à l’effort collectif lorsque la crise sera terminée. Dans cette perspective, ils s’appuieront sur le dispositif qui existe chez Crédit Mutuel Alliance Fédérale : report de 5 jours de congés et versement de 9 jours dans le CET ». 

Vos représentants CFTC considèrent qu’il s’agit d’une « directive des Dirigeants de CMAF » et souhaitent que la Direction de CCS s’inscrive totalement dans cette vision des choses, comme M. GARCIA l’a laissé entendre lors de la réunion du CSE !